Fermer

« L’électrique ne doit pas être réservé à une élite »

Interview exclusive de Vincent Cobée, Directeur Général de Citroën.

DEBUTONS SI VOUS LE VOULEZ BIEN PAR LES ANNONCES DE L’EUROPE. QUE PENSEZ-VOUS DE LA DECISION DE METTRE FIN AU MOTEUR THERMIQUE EN 2035 ?

Ce n’est pas vraiment une surprise. La possibilité de cette annonce avait été largement débattue, il y a déjà quelques mois, et nous l’avions déjà anticipée. Néanmoins, il y a une déconnexion avec les fabricants qui n’ont pas été consultés sur la faisabilité, la vitesse de transition et l’impact économique. C’est une décision avant tout politique. Au sein du groupe Stellantis et de Citroën, nous nous appliquons à satisfaire la réglementation et même à aller au-delà. Alors que la population aspire à un monde plus durable, et que l’automobile est l’un des aspects les plus visibles en matière de changement, c’est un signal fort qui est envoyé aux constructeurs.

DANS QUEL ESPRIT DEPLOYEZ-VOUS L’ELECTRIFICATION CHEZ CITROËN ?

Les valeurs de Citroën peuvent se résumer au bien-être, à l’innovation et à une certaine foi dans le progrès social. C’est ce que l’on retrouve à bord de la C4 électrique. Il s’agit d’une berline compacte, d’une certaine élégance et qui permet de faire de longues distances avec un certain niveau de confort.

Ce n’est pas un modèle résultant de compromis. La C4 Ë est un véhicule d’un bon niveau technologique qui est avant tout une Citroën, et qui est en plus est 100 % électrique sur un segment où cette offre n’existait pas. Rappelons au passage qu’elle offre la vitesse de recharge la meilleure du marché. Alors que la concurrence tourne autour de la plus grosse batterie avec des modèles de 2,5 tonnes dont le prix peut atteindre jusqu’à 80 000 euros, nous faisons le pari de partager l’évolution technologique avec le plus grand nombre. A ce sujet, il est bon de rappeler que le prix moyen d’achat d’une voiture en France est de 25 000 € et que le client d’une voiture neuve a en moyenne plus de 50 ans. La C4 Ë ne coûte pas plus de 30 000 €, une fois le bonus déduit.

Cette logique d’un véhicule électrique accessible se vérifie encore plus avec l’AMI…

Oui. Là, nous avons ciblé un véhicule à 7000 €, pouvant être utilisé de 14 à 94 ans, accessible à la plus grande partie de la population. C’est aussi un objet au design iconique, d’une empreinte au sol limitée à 3,5 m2 (contre 8 à 9 pour une voiture thermique), d’un poids de 500 kg et offrant un ratio très correct au niveau de l’habitabilité. L’AMI est l’un des rares véhicules où les gens vous regardent avec le sourire. J’en suis à la fois content et fier. Citroën a poussé le curseur assez loin et a eu le courage de ses opinions. Déjà, quand j’ai vu les premiers prototypes, il y a un an et demi, je lui ai trouvé une bonne bouille et de la prestance. Mais, l’accueil populaire a vraiment été ébouriffant. Et en plus, c’est un succès commercial qui va au-delà de nos attentes.

Vous avez aussi innové dans la distribution, car l’AMI peut être achetée ou louée à la FNAC et même chez Darty.

Il se trouve que Citroën est la marque la plus aimée des français, car elle est porteuse d’innovation et d’émotions durables. Si vous voulez viser des clients de moins de 25 ans, leur référence est plutôt la FNAC, en qualité de défricheur de territoires. Donc, c’était une décision logique. Les modes de consommation évoluent et il faut garder le contact, dans un contexte plutôt urbain. Mais, nous avons aussi de nombreux clients de plus de 50 ans, dont les enfants conduisent également l’AMI. Il y a chez nous une certaine forme de militantisme social qui se retrouve dans ce véhicule.

QUELLE EST LA FEUILLE DE ROUTE DE VOTRE MARQUE POUR L’ELECTRIFICATION ?

Dans quelques mois, tous les utilitaires seront proposés en mode électrique. Nous déclinons en effet la batterie sur le Jumpy, le Jumper, le Berlingo et l’AMI Cargo, sans oublier le Jumpy à hydrogène qui va aussi arriver dans la gamme. Cela permettra de répondre à toutes les attentes jusqu’à la livraison du dernier km, dans un contexte de mise en place des ZFE. En ce qui concerne les véhicules particuliers, nous avons la C4 Ë et l’AMI en 100 % électrique. Nous préparons d’autres modèles, en entrée de gamme et sur le segment C. Et il y a aussi des modèles hybrides rechargeables comme la C5 Aircross et la nouvelle berline C5 X. La marque évolue, à l’image de la société, avec une électrification qui vient apporter la note ultime de bien-être, renforçant l’attractivité de nos produits, tout en restant abordable. 

DU CÔTÉ DE LA RECHARGE, LA RESSENTEZ-VOUS COMME UN OBSTACLE POUR VOS CLIENTS ? 

Vous savez, la réalité est qu’une énorme majorité des recharges se fait à domicile ou au travail. Il s’agit d’endroits fixes, où on charge par habitude sa voiture, comme le fait pour son téléphone. Ce n’est pas une transition mentale compliquée, d’autant qu’elle se fait sur des temps masqués. En revanche, c’est sur les usages inhabituels, comme les départs en week-end ou en vacances, que l’infrastructure peut poser problème. Il y a un point faible sur les points de charge à haute puissance, en particulier sur les autoroutes. Citroën peut apporter des solutions par son application sur smartphone et une carte multi-réseaux. Il faut encore faciliter l’écosystème, qui se compose de plusieurs acteurs. Le fait est qu’on peut aujourd’hui faire un Paris-Brest sans difficulté en véhicule électrique. Le trajet va prendre 20 ou 30 mn de plus qu’avec un véhicule thermique.

QU’EST-CE QUI VOUS A INCITE A PARTICIPER A ELECTRIC-ROAD ?

L’organisateur m’a proposé de participer à une table ronde sur le thème de l’électrique qui pourrait être une entrave à la liberté de mouvement. Je dois dire que j’ai été interpellé par ce sujet, c’est un débat qui m’intéresse. L’automobile a été depuis toujours un facteur de découverte, de mixité et d’ascenseur social. Pour nous, qui avons tant contribué à la liberté individuelle, en tant qu’inventeur de la Traction, du type H, de la 2CV, de l’AMI de première génération, c’est un thème qui nous est cher. Ce serait un comble de voir l’environnement entraver la liberté de se déplacer. Donc, nous voulons faire partie de cette discussion.

- INFO ELECTRIC-ROAD -