La 6ème édition du congrès ELECTRIC-ROAD aura lieu du 18 au 20 octobre 2021.

Fermer

Les bienfaits de la mutation électrique pour le citoyen

La mutation électrique pour les citoyens concerne à la fois l’utilisation des voitures personnelles, tout comme les engins de déplacements motorisés, tels que les vélos électriques ou les trottinettes. Sans parler des gyropodes et autres innovations de mobilité. A cela s’ajoutent les transports en commun, à commencer par les bus électriques.

Si certains de ses moyens de déplacement peuvent faire sourire ou agacer, ils comptent tous parmi les outils de la mutation électrique. Celle que l’on peut également appeler mobilité douce entraîne de multiples changements dans la ville, à la fois dans les comportements et au sein de l’environnement urbain dans sa globalité. Et les citoyens en sont les premiers bénéficiaires.

Une meilleure santé avec la baisse des émissions de CO2

En roulant, un véhicule électrique quel qu’il soit n’émet aucune particule toxique.

A l’inverse, les gaz d’échappement des véhicules thermiques sont classés par l’OMS comme étant cancérogènes depuis 2012. La pollution de l’air causerait quant à elle 40 000 morts par an dans l’Hexagone selon les chiffres actualisés de Santé Publique France en 2021, soit autant que l’abus d’alcool : “Chaque année près de 40 000 décès seraient attribuables à une exposition des personnes âgées de 30 ans et plus aux particules fines (PM2,5)”.

Ce sont autant de raisons dramatiques qui conduisent à choisir, notamment, la mobilité électrique. 

À cela s’ajoute la baisse des nuisances sonores qui sont, en milieu urbain, une importante problématique de santé publique là aussi.

Une mobilité personnelle facilitée

La multimodalité basée sur l’électrique s’appuie à la fois sur une mobilité personnelle (vélo, trottinette, scooter, voiture) et sur les transports en commun (bus électrique).

Elle encourage les citoyens, et plus largement tous les utilisateurs, à aller d’un point à un autre par différents modes de locomotion en fonction de leurs choix et des possibilités de la ville.

Cela a pour effet de rendre la ville : 

  • plus fonctionnelle
  • plus respirable
  • moins dense
  • propice à des possibilités de mobilité élargies pour tous, à des prix en location très raisonnables ( une vingtaine de centimes la minute pour un scooter)

En libre-service ou par abonnement, les transports liés à la mobilité douce - ou éco-mobilité - offrent ainsi une alternative plus responsable et plus de liberté de déplacement pour l’ensemble de la population.

Des infrastructures qui s’adaptent aux usagers

Malgré la hausse des utilisateurs des nouveaux modes de mobilité, une question se pose : la sécurité et l’adaptabilité des infrastructures.

Les trottinettes électriques qui roulent à trop vive allure, notamment sur les trottoirs, et les véhicules qui ne respectent pas les cyclistes demeurent encore des freins à une utilisation simple et surtout sécurisée en ville des engins personnels motorisés.

Mais les métropoles agissent pour apaiser les espaces de circulation et permettre une bonne entente des usagers. Lors du premier déconfinement, des pistes cyclables et des rues interdites aux voitures, ont ainsi vu le jour, notamment avec les « coronapistes » à Paris.

Comment la multiplication des acteurs à Bordeaux favorise cette mutation 

La métropole de Bordeaux est une des plus avancées en France sur la mobilité douce.

Depuis 2003, les habitants ont d’ailleurs droit à un lieu dédié : la Maison des mobilités. À la fois au cœur de Bordeaux et dans 27 autres communes, elle propose le prêt gratuit de vélos, aussi bien classiques qu’à assistance électrique et des informations sur la mobilité avec des permanences.

La région Nouvelle-Aquitaine d’une manière générale œuvre aussi pour la mobilité électrique.

L’association Nouvelle-Aquitaine Mobilité Électrique (N.A.M.E.) créée en 2015 réunit par exemple tous les acteurs de l'écosystème électrique (institutionnels, commerciaux, associatifs, industriels, etc.) pour développer la filière.

Bordeaux propose aussi des bornes de recharge pour les véhicules partout dans la ville, soit plus de 400, dont 31 points de recharge rapide et 4 points de charge accélérée, en plus de l’offre privée dans les parkings, les stations services et chez les concessionnaires. 

Enfin, la location d’engins électriques dans la ville est facilitée par un grand nombre d’acteurs et un choix varié :

  • Bordeaux Trip ou Gyromax Bordeaux pour les gyropodes,
  • Zoov et Indigo Wheel pour les vélos
  • Yego pour les scooters électriques au look rétro
  • Lime, Wind, Tier, Dott, Pony, Jawls et Blabla Ride pour les trottinettes

Bordeaux favorise ainsi l’implantation de la mobilité électrique et l’éco-mobilité en général à travers des acteurs choisis et des infrastructures pensées pour les citoyens qui prônent la sécurité de tous.

Pour en savoir plus sur les évolutions de la mobilité électrique vis-à-vis des citoyens :

Rendez-vous du 18 au 20 octobre 2021 pour le salon Electric Road au Parc des Expositions de Bordeaux, Palais 2 L’Atlantique.